D’après une enquête PAC/Syntec Numérique,  40% des éditeurs de logiciels et 29% des SSII français affichent plus de 80% de leurs revenus dans les systèmes embarqués en 2012. Cinq auparavant, seulement 22% des éditeurs de logiciels et 13% des sociétés de services devaient essentiellement leurs chiffres d’affaires à ce secteur. Les principaux clients dans ce domaine sont constitués des industriels de l’aéronautique, de l’automobile et des transports. Selon les auteurs de l’étude, une proportion de plus de 70% des acteurs qui adressent le secteur automobile sont également positionnés dans le domaine de l’aéronautique. En outre, d’autres secteurs tels que l’énergie, la santé, l’électronique et les télécoms en sont des utilisateurs considérables.

Bel avenir pour « l’électronique embarqué sur soi »

IHS la société d’études anticipe trois canevas de développement pour ce marché qui prend en compte les dispositifs électroniques consacrés à la remise en forme, à la santé, au militaire et à l’industriel, et enfin à l’infotainment. Le pire des trois scénarios planifie un écoulement de 39,2 millions d’engins électroniques embarqués sur soi en 2016 contre 14 millions en 2011. Le moins pire annonce une vente de 92,5 millions de matériels en 2016 (+560% d’expansion du marché),  due à une approbation des utilisateurs et à un minimum d’appui des services publics. Le meilleur des scénarios prévoit alors une forte croissance de l’infotainment qui deviendrait en 2016 le principal secteur, avec un écoulement de 171 millions de matériels (+1120% d’expansion du marché).

Le marché du « machine to machine » : 714 milliards d’euros en 2020

Selon une étude faite par l’institut EIU (Economist Intelligence Unit), le M2M va absolument changer dans les dix années à venir la façon dont seront fournis les différents secteurs. Cela ne se fera pas sans obstacles, notamment les complications techniques des solutions et les limites réglementaires. Tel est le bilan qui émane des interviews des 18 acteurs majeurs du marché. Le marché M2M vaudrait selon le cabinet Machina Research, 714 milliards d’euros en 2020 prenant en compte la connectivité et les équipements, contre 91 milliards en 2010. Selon les enquêtes d’ABI Research, le chiffre d’affaires des opérateurs de réseaux pour mobiles du M2M atteindraient 26 milliards d’euros en 2016, rien qu’en ce qui concerne la connectivité.

De surcroît, une enquête présentant une étude détaillée du marché M2M par voie satellitaire est affichée par l’IDATE. Elle permet en effet de mieux comprendre son évolution actuelle. Cette étude prend en compte la présentation des acteurs capitaux du marché, l’identification des sujets clés à évoquer ainsi que des anticipations de marché jusqu’en 2016 par secteur géographique et par type de marché. Le M2M constitue une section de marché en expansion pour l’industrie du satellite, mais la portion du satellite sur l’intégralité du marché M2M amplement conquis par les systèmes cellulaires, reste limitée.

Quant au marché mondial des machines connectées, il devrait peser d’après les prévisions de Global Information Inc. 1,2 trillions de dollars jusqu’en 2020.

31,9 milliards de $ pour les modules d’écrans tactiles

Selon les prévisions de NPD DisplaySearch, ce marché devrait passer de 16 milliards de $ en 2012 à 31,9 milliards en 2018, marché gagné par les smartphones, les tablettes mais aussi par le développement des PC.

Source : PEI France